Solidarité avec les Irakiennes

Un blog contre les violences


 

Cette exposition décrit la situation, grave, des femmes aujourd’hui en Irak.

Extraits du blog

-  L’Irak a été depuis sa création en 1920, un des pays du Moyen Orient les plus avancé en matière de droit des femmes. En 1958, le code de la famille concédait des droits significatifs aux femmes en matière d’héritage ou de garde d’enfants.

-  Après la prise de pouvoir du parti Baas en 1968, l’Irak mène de vastes opérations d’alphabétisation, notamment pour les femmes. Le droit de vote est accordé en 1980. Toutefois, sous la dictature de Saddam Hussein, des femmes sont torturées, violées souvent à des fins de renseignements ou pour entraver toute contestation.

-  A la sortie du conflit contre l’Iran en 1988, puis durant les années d’embargo, un recul net se fait sentir. Les crimes d’honneur sont légalisés. La scolarisation des femmes est laissée pour compte.

-  Les Etats-Unis et leurs alliés prennent prétexte d’une amélioration des droits des femmes pour recourir à la force militaire contre l’Irak en 2003. Or depuis l’occupation de l’Irak, les femmes irakiennes sont en butte à toutes sortes de violences, reléguées de plus en plus dans l’espace domestique. Leurs acquis et leurs droits sont remis en cause, y compris dans la nouvelle Constitution adoptée le 15 octobre 2005.

-  Port du voile, mariage forcé, violence maritale, crimes d’honneur, mutilations...Le climat de violence généralisée qui règne en Irak depuis l’occupation semble avoir favorisé l’augmentation de la violence domestique contre les femmes.

-  La discrimination légale fondée sur le genre favorise la persistance des violences contre les femmes en Irak. De nombreuses femmes risquent d’être blessées, mutilées, voire tuées, par leurs parents de sexe masculin si leur comportement est considéré comme déshonorant pour leur famille

-  "Au cours des mois de chaos qui ont suivi l’invasion, les auteurs de « crimes d’honneur » ne risquaient pas vraiment d’être jugés. L’absence de système judiciaire fonctionnant normalement a permis aux instances tribales de jouer un rôle plus important dans la résolution des conflits, y compris en matière de « crimes d’honneur »." (Rapport Amnesty International. Février 2005)

-  "La nouvelle constitution marquera donc la fin d’un code de la famille approuvé dans les années cinquante qui, pour les droits reconnus aux femmes, était considéré comme l’un des plus progressistes du monde arabe musulman. Voila le résultat de la guerre, de l’occupation et des élections de janvier qui ont vu la victoire de la liste confessionnelle chiite sponsorisée par le grand ayatollah Ali al Sistani." (GIULIANA SGRENA "Il Manifesto", 21 juillet 2005)

-  Amnesty International déclare dans un rapport que les femmes irakiennes doivent jouer un rôle actif dans l’avenir de leur pays. Les autorités irakiennes doivent prendre des mesures efficaces pour protéger les femmes et modifier les lois discriminatoires qui favorisent la violence à leur égard. Les femmes et les jeunes filles vivent dans la crainte de violences. Le manque de sécurité a contraint de nombreuses femmes à se retirer de l’espace public et représente un obstacle majeur à la promotion de leurs droits. Depuis la guerre de 2003, des membres de groupes armés ont tué plusieurs d’entre elles, personnalités politiques et militantes des droits des femmes. Le rapport publié par l’organisation montre comment les femmes et les jeunes filles ont été prises pour cible en raison de leur sexe et fait état des souffrances disproportionnées qu’elles ont endurées durant plusieurs décennies de répression gouvernementale et de conflit armé.

-  Les femmes irakiennes sont actuellement confrontées à la violence, à l’insécurité et à la discrimination. Les villes sont dégradées et sales, les armes circulent librement. Dans cette atmosphère, la participation à la vie sociale et économique, l’accès à l’école et à la vie politique sont quasiment impossibles, ont dit plusieurs d’entre elles, ajoutant que la violence est un phénomène ancien qui plonge ses racines dans un système tribal traditionnel, autrefois instrumentalisé et manipulé par le régime de Saddam Hussein. De nombreuses femmes ont dû quitter le pays et s’inquiètent pour l’avenir de leurs familles et de l’Irak. Elles veulent créer des réseaux et, avec détermination, réclament l’assistance de la communauté internationale.

http://irakiennes.skyblog.com/7.html



17 janvier 2006



 



......... Nedstat Basic - Web site estadísticas gratuito Site réalisé avec SPIP